Pour bâtir des communautés

de solida­rité chrétiennes

 

          Depuis quelques années je fais parti d'un petit groupe composé de personnes venant de deux parois­ses au Bronx, dans l'état de New York aux Etats-Unis, qui essaie de poser les assises d'une communauté chrétienne consa­crée au bien com­mun de l'Église et de la société.  Nous avons prévu trois élé­ments ou éta­pes pour ce projet: construi­re une commu­nauté chré­tienne de base en cheminement; faire les Exerci­ces Spiri­tuels de St Igna­ce de Loyo­la, et utili­ser le cercle pasto­ral.[1]  Je voudrais parta­ger avec vous ce que nous avons fait, ce que nous sommes en train de faire, et ce que nous espérons faire avec ces trois élé­ments.

 

Construire une communauté chrétienne de

base

 

          D'abord nous nous sommes engagés à bâtir une communauté chrétienne de base.  Nous avons appris par nos échecs que cette étape demande beaucoup de soin et de temps.  Nous avons commencé à nous réunir chaque semaine pour approfondir davantage les éléments de base de notre foi.  Après les chants et l'oraison, il y a une discussion sur les lectu­res de la Messe du dimanche suivant.  Chacun de nous partage la signifi­cation des textes pour nous.  Nous étudions la Bible, nous nous engageons à prier ensem­ble ainsi que chez nous, et nous commençons à ressentir la présence du Seigneur dans nos réunions.  Au fur et à mesure que notre confiance en Dieu et notre confiance mu­tuelle grandissaient, nous apprennions à parta­ger nos histoires personnelles et notre situation actuelle, notre souci des problè­mes sociaux, et nos désirs de connaî­tre et servir le Seigneur davanta­ge.  Dans notre paroisse nous faisons des ministè­res comme l'accueil, l'instruction des enfants, la musique et les lectures à la Messe.  Nous travaillons à améliorer nos propres situa­tions familiales, nos vies religieuses, et à maîtriser nos dépendances; nous prions continuellement pour nos «enne­mis»: les narcotrafiquants; ceux qui abusent des autres, et ceux qui utilisent la violence.  Construire une communauté de base de cette manière demande du temps et de l'énergie, mais cela vaut la peine.  Cela nous prépare à faire un engagement plus profond au Sei­gneur.

 

Les Exercices Spirituels

 

          Pendant cette étape de notre développe­ment quelques-uns parmi nous décident de faire les Exercices Spirituels de St Ignace de Loyola.  Moi, je suggère d'utiliser la retraite de huit mois parce que je l'ai expérimentée plusieurs fois et je sais comment accom­pagner les autres.  Au cours de la retraite nous demandons à Dieu quatre grâces fondamentales.  La première, avec Jésus à notre côté, nous demandons de con­naître davan­tage notre histoire personnelle de péché et nos tendances pécheresses,  ainsi que le péché de notre société, et d'expérimenter toujours plus profondément et personnel­lement le pardon de Jésus.  Deuxiè­mement, comme pécheurs pardonnés, nous prions pour obtenir une connaissance inté­rieure de Jésus, pour que nous l'aimions plus intensément, pour que nous soyons attentifs à son appel et pour que nous le suivions de plus près.  Troisième­ment, nous demandons à Dieu de nous octroyer une conna­issance plus profonde de sa passion et de sa mort pour que nous ressentions la profondeur de son amour personnel pour nous et pour toute l'humani­té.  Finalement nous demandons une expérience de consolation sensible du Seigneur ressuscité et une expérience pour saisir l'amour et la compassion de Dieu actifs dans toute la création, surtout là où elle est la plus abîmée.

          Nous consacrerons environ six semaines à méditer sur chacun de ces thèmes et à prier pour ces grâces.  Chacun fait chez lui une demi-heure de méditation et d'orai­son chaque jour, et nous nous réunissons une fois par semaine pour partager et discuter nos expériences de prières.  La retraite nous a enseigné une nouvelle discipline de priè­re; des méthodes pour méditer l'E­criture Sainte et pour contempler en pré­sence de Dieu.  Nous avons développé une consci­ence plus intime de la présence per­sonnelle de Jésus dans notre monde et dans nos vies quotidiennes.  Nous sommes en train d'ap­prendre à résister à l'esprit mauvais, qui travaille continuellement à nous éloigner de Dieu en nous décourageant ou en nous entraî­nant vers des attachements désor­don­nés.  Nous appre­nons à suivre Jésus de plus près, parce qu'il nous libère et nous encou­rage, et il nous amène vers une union tou­jours plus profonde avec Dieu.  Les liens d'amour qui soudent notre groupe se forti­fient.  A partir d'une communauté chrétienne de base, nous découvrons que le Seigneur nous cons­truit en une communauté de solida­rité enga­gée au bien commun de l'é­glise et de la société.

 

Le cercle pastoral

 

          Afin de faire cette transition nous apprenons à utiliser le cercle pastoral comme outil d'évangélisation plus efficace.  Il compte six moments ou thèmes d'apprentis­sage et de réflexion.  Premièrement, nous voulons approfondir notre notion d'évangéli­sa­tion: notre défi c'est de témoigner de notre foi en Jésus plus efficacement et de tra­vailler pour la justice dans notre quar­tier.  Deuxième­ment, celle-ci demande que nous développions une plus grande solidari­té, surtout avec les plus pauvres parmi nous.  Que pouvons-nous apprendre de nos frères et soeurs, de leur foi, de leur soucis?  Troi­sièmement, nous ferons une analyse sociale d'un point particu­lier.  Par exemple, l'éra­dication du trafique des drogues au Bronx est un problème qui dépasse nos forces.  Mais l'éducation de nos jeunes gens dans la foi et les valeurs chrétien­nes pour qu'ils résistent à la tentation des drogues, et la découverte d'une manière de déplacer les narcotrafiquants de notre quartier sont bien des projets auxquels nous sommes capables de faire face.  Nous deman­dons: quelle est l'histoire de cette situa­tion?  qui sont nos alliés et nos adversai­res?  qui a du pouvoir et qui n'en a pas?  comment arrivons-nous à l'obtenir?   C'est en commençant avec des petits pas que nous gagnons en confiance et en compétence dans le processus d'évangéli­sation de façon concrète.  Quatrièmement, nous analysons soigneuse­ment les divers symboles, valeurs et sentiments culturels des gens de notre quartier.  Une sensibilité à la culture est essentielle pour une évan­gélisation efficace qui évite toute imposi­tion et fausse commu­nication.  Cinquièmement nous nous engage­rons dans une réflexion théologique en nous demandant: quelles sont les idées sur Dieu et sur l'être humain qui sont en cause ici?  Qu'est-ce que Dieu y fait déjà?  Qu'est-ce que Dieu nous demande?  Quelles sont les attitudes que nous devons avoir envers tout ce qui est en jeu?  Enfin, dans la planifi­cation pastorale nous prenons des décisions concrètes: Quels sont nos ressources et nos buts?  Qui devons-nous contacter?  Qui fait quoi?  Quel est notre calendrier?  Nous continuons à prier et à réfléchir sur ces six thèmes au cours de l'exécution de notre plan.  A chaque étape nous cherchons la volonté de Dieu sur nous.  Nous ne pouvons pas échouer si nous Le cherchons.

          Nous constatons que la formation d'une communauté chrétienne de base, notre engage­ment dans les Exercices Spirituels, et l'emploi du cercle pastoral sont des moyens efficaces pour construire le noyau d'une communauté chrétienne.  Notre expérience nous a convaincus que la première étape -- l'oraison en commun, la connaissance et la confiance mutuelle de tous les participants ainsi que la connaissance de Dieu et la confiance en sa présence parmi nous -- est cruciale.  Cette étape est fondamentale et est à l'origine d'une source continuelle de candidats pour les deux étapes suivantes.  Voilà ce que nous avons fait, ce que nous faisons, et ce que nous espérons faire afin de construire des communautés de solidarité au Bronx.

 

Charles L. Moutenot, S.J.*

2502 Belmont Ave.

Bronx, NY 10458-6292

U.S.A.

FAX: [1] (718) 365-3166

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Le père Charles Moutenot est professeur de théolo­gie à Fordham Universi­ty, Bronx, New York, aux E.U. et accompagnateur des sémina­ristes jésuites.



[1]. Processus de réflexion que l'auteur explique plus loin dans l'article.  Note de l'editeur.