La prière: un rendez‑vous

 

            Souvent, dans la pratique de l'accompagnement spirituel, nous rencon­trons des personnes qui éprouvent des difficultés à se mettre en prière et en plus sont souvent au prise avec de nombreuses distractions au cours de leur temps d'oraison.  Cette réflexion ne prétend aucunement résoudre toutes les difficultés concernant l'oraison, mais simplement vous faire entrer davantage dans la pédagogie ignatienne de la prière.  A partir de l'exemple du rendez-vous ou des rendez-vous que nous avons chaque jour, je voudrais vous familiariser un peu plus avec les annotations 73 à 76 des Exercices Spirituels de saint Ignace.

            Au numéro 73 du petit livret des Exercices, il nous est dit, «Additions pour mieux faire les Exercices et pour mieux trouver ce que l'on désire».  Il est bien évident que pour saint Ignace ces additions ne valent pas seulement pour le temps des Exercices mais pour tout temps de prière qui implique soit une méditation ou une contemplation.  Ces annotations concernent la prépara­tion de la prière: préparation lointaine et préparation immédiate et le choix du lieu de prière et finalement de la posture à prendre durant l'oraison.  Pourquoi Ignace insiste-t-il sur ce qui peut nous apparaître à première vue des détails plus ou moins utiles?  A mon avis, ces conseils d'Ignace sont le fruit de son expérience spirituelle personnelle et des lectures qu'il a faites à Loyola durant sa longue convalescence.  Elles découlent aussi de son expé­rience d'un Dieu transcendant et infiniment digne de respect: la divine Majesté.  Autrement dit, on ne rencontre pas la divine Majesté sans un minimum de préparation...

            Voilà pourquoi j'ai intitulé cet article: La prière: un rendez-vous.  Parlons d'abord de nos rendez-vous quotidiens: rencontre avec un collègue de travail, rencontre avec les marchandes de fruits et de légumes, rencontre avec un médecin, réunions, etc.  Regardons maintenant comment nous nous prépa­rons à ces rendez-vous.  Souvent la première question qui nous vient à l'esprit c'est: qu'est-ce que j'attends, qu'est-ce que j'espère de ce rendez-vous?  Et, c'est en fonction de mes attentes que je prépare ma rencontre.  Évidemment la préparation va varier selon le type de personnes avec qui je vais m'entretenir.  Si c'est avec la marchande de fruits, je vais me demander de quelle sorte de fruits je veux nourrir ma maisonnée durant quelques jours et j'irai voir la marchande qui les vend.  Si c'est le médecin que je consulte, je vais prendre le temps de noter ou tout au moins de me remémorer les symptômes qui m'amènent à consulter afin que le médecin pose le bon diagnos­tic.  Donc, quelque soit le type de rendez-vous, je m'y prépare ne me fiant pas trop à ma spontanéité, parce que je désire quelque chose de précis.

            Et dans la prière qui est un rendez-vous avec le Seigneur, je ne m'y préparerais pas...  Je laisserais tout au hasard, à une spontanéité anarchi­que...  Comme dans tout rendez-vous, j'en fixe d'abord l'heure, non pas pour Dieu, car il est toujours là, il m'attend aussi bien la nuit que la jour.  Et pourquoi pas le lieu?  Un lieu qui rendra la rencontre plus intime, un lieu où je me sens bien et à l'aise pour exprimer ce que je vis et ressens et qui convient à mon état d'âme du moment.  Enfin, je me demande ce que j'espère de cette rencontre et c'est ça que l'on appelle la grâce à demander dans la prière.  Ensuite, je peux choisir un texte de l'Écriture qui convient ou qui va dans le sens de mes attentes et même simplement me référer à un texte de la liturgie du jour.  C'est ce que nous pourrions appeler la préparation lointaine du rendez-vous avec le Seigneur.  Ignace conseille de la faire la veille précédant le temps d'oraison.  Le jour même de l'oraison ou de la rencontre, dès le réveil, Ignace nous suggère de nous souvenir du sujet de notre temps de prière (Ex. Spir., no 74).

            Le rendez-vous avec Dieu, comme nos autres rendez-vous, porte du fruit dans la mesure où nous les préparons avec soin.  Cette préparation est aussi une marque de respect à la personne rencontrée...  Dans la pédagogie igna­tienne, la préparation de l'oraison, sa mise en forme, revient à la personne, à l'effort humain.  Mais, on me dira sans doute, où est la spontanéité, la gratuité dans ce type de prière?  Je répondrai que la spontanéité et la gratuité ne se situent pas à ce niveau de la préparation mais dans le coeur même de la rencontre ou de l'oraison: là où l'Esprit vient prier en nous et souvent nous mener vers des rivages inconnus...

            Dans un prochain article, je traiterai du «id quod volo» ou du ce que «je veux et désire» dans la prière et de la revue d'oraison en lien avec l'examen spirituel du conscient.

 

Bernard Bélair, S.J.*

15, rue Raymond Marcheron

92170 Vanves

France

 

télécopieur: 33-1-4644-3684

 

* Le Père Bélair est fondateur et directeur du Centre Pedro-Arrupe, Section Spiritualité et Théologie, où il donne les Exercices Spirituels.  Il prend actuellement une année sabbatique.